Isabelle Massalski Traduction
Traduction, Relecture-Correction, Localisation, post-édition et Assistance Administrative
 
39, rue Bataille, 69008 Lyon, France
 

(+33) 6 27 76 97 92 

Quels sont les points communs et les différences entre transcréation et localisation ?

Localisation

De nombreux projets de traduction ne requièrent pas uniquement le processus de traduction mais ils nécessitent également d’autres services comme la transcréation et la localisation.

Le terme « transcréation » est un mot-valise utilisé dans le monde de la traduction. Il est issu de l’anglais Transcreation, qui associe translation (traduction) et creation (création).

Alors que le processus de traduction consiste à transférer un message d’une langue à une autre, le processus de transcréation vise à adapter le texte à traduire aux exigences culturelles du public cible. La transcréation permet de s’écarter du texte original et de créer un texte destiné à provoquer la même réaction auprès du public ciblé. Il s’agit là de vérifier que le message transmis ait bien l’impact souhaité dans la langue cible. Par exemple, les jeux de mots ne fonctionnent pas lorsqu’ils sont seulement traduits directement. Le traducteur-transcréateur doit donc faire appel à sa créativité pour produire un jeu de mots similaire qui aura le même impact dans sa propre langue. Cela peut signifier que le message sera différent de l’original mais qu’il aura du sens pour son lecteur. Il suscitera alors chez lui une réaction émotionnelle positive, il « collera ».

La localisation est l’adaptation d’un contenu ou d’un produit à un marché local particulier. C’est une discipline qui englobe à la fois la traduction et la transcréation et qui vise à optimiser la pertinence linguistique et culturelle d’un texte. Elle requiert ainsi des aptitudes particulières. En effet, le traducteur en charge du projet doit disposer d’excellentes connaissances linguistiques mais aussi de la culture cible.

Dans le processus de localisation, il s’agit d’adapter des images, le design, la ponctuation et la typographie, de modifier le format de dates, horaires, devises, adresse, la présentation d’un courrier, etc. en respectant les exigences régionales ou nationales. Par exemple, pour certains marchés, on n’utilisera pas certaines couleurs pour une maquette publicitaire ; on vérifiera aussi que le nom d’un produit ne signifie pas quelque chose de négatif dans la culture cible. On utilisera plutôt le tutoiement dans certaines cultures que dans d’autres. L’objectif de la localisation est de donner au produit final l’aspect et le sentiment d’avoir été créé spécialement pour le marché ciblé. Ainsi, les clients étrangers peuvent mieux s’identifier à la marque – lorsqu’il s’agit d’un produit et de marketing. La localisation convient aux sites Internet, aux emballages de produits, aux applications, aux jeux vidéo et aux logiciels.

Ces détails apparents peuvent mener à la transformation physique complète d’un document.

Elle constitue de ce fait une vraie tâche d’adaptation, un service annexe de la traduction, un processus au cours duquel on tient réellement compte des particularités culturelles qui changent d’un pays à un autre, soit à l’intérieur de la même langue, soit entre deux langues. En effet, la localisation concerne également, à l’intérieur d’une même langue, l’adaptation du message et la manière de parler au public cible. Il peut donc s’agir par exemple de choisir un registre de langue soutenu ou familier ou bien un langage technique avec un vocabulaire précis, ou encore à adapter un texte original dialectal en un texte compréhensible par tous.

Ainsi, un contenu de texte écrit en français par exemple, devra être adapté selon qu’il est destiné à la France, à la Belgique, à la Suisse, aux pays d’Afrique francophone ou au Canada car chacun de ces pays à ses spécificités.

En résumé, on retiendra deux différences majeures entre la transcréation et la localisation :

La transcréation peut amener à modifier le sens du contenu du texte pour s’adapter aux objectifs de vente et de communication car elle traduit des concepts, des idées et des sentiments. Elle s’écarte souvent complètement du texte source pour créer un nouveau message qui devra provoquer les mêmes effets dans la langue cible.

La localisation, elle, préserve le sens du contenu qui reste fidèle à l’original, bien que la traduction s’adapte à la culture cible. Elle ne prend pas en compte les aspects et les sentiments véhiculés par le message, mais se concentre sur l’adaptation du contenu au nouveau marché sans s’occuper de la partie créativité.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de FNAE

Connexion