Isabelle Massalski Traduction
Traduction, Relecture-Correction, Localisation, post-édition et Assistance Administrative
 
39, rue Bataille, 69008 Lyon, France
 

(+33) 6 27 76 97 92 

La traduction de l'humour au cinéma à travers 3 exemple de films

Localisation

La traduction ou plus précisément la transposition de l’humour au cinéma est un art en soi. Elle fait appel à la fois à la transcréation et à la localisation.

Je vous invite à en découvrir toute la subtilité à travers 3 exemples de films très connus qui ont connu également un très fort succès hors de France.

 

Commençons par le film de Dany Boon, Bienvenue chez les Ch’tis, qui a connu un très vif succès en France dès sa sortie en salle. Il a également été traduit dans différentes langues, ce qui lui a valu un franc succès en Europe. Le problème de la traduction de films comiques est d’arriver à rendre les éléments comiques du scenario initial dans la langue cible. Il faut donc arriver à créer un message similaire dans la langue cible et c’est là qu’intervient la créativité du traducteur chargé de la transcréation et de la localisation. Le traducteur ne peut pas rendre l’ensemble comique à l’arrivée car certaines choses sont intraduisibles ou bien, parce que sur le plan culturel, le public cible ne rira pas des mêmes sujets, certains pouvant être tabous dans son pays ou sa culture. Il faut donc ici faire appel aux talents du traducteur en matière de localisation, puisqu’il faut transposer aussi les noms, et certains codes bien propres à la culture du public cible.

Le réalisateur italien, Luca Miniero, a décidé, lui, de transposer – avec succès – le film de Dany Boon à la culture italienne. Son film Benvenuti al Sud (littéralement Bienvenue dans le Sud), reprend fidèlement l’histoire du postier, mais il met en avant les clichés entre Italie du Nord et Italie du Sud. Dans le film de Miniero, le postier est muté dans le Sud, synonyme pour les habitants du Nord de mafia, de pauvreté, de chaleur extrême, de saleté. Mais ici, ce sont les Terroni (les culs terreux) qui vont démontrer aux Milanais toutes leurs qualités de cœur. Le scénario est rigoureusement fidèle à l’original et « réhabilite » d'une certaine manière les habitants du Sud.

 

Regardons maintenant plus en détail les particularités du film de Philippe de Chauveron Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? et sa traduction pour le marché allemand.

Le film s’appelle, dans sa version allemande, Monsieur Claude und seine Töchter (littéralement Monsieur Claude et ses filles). Le titre en lui-même a perdu un peu de son humour mais il convient au public allemand. D’ailleurs, d’un point de vue culturel, le titre original aurait-il été accepté par les Allemands ? Je ne le pense pas. De la même façon, la majeure partie des éléments d’humour de ce film est liée aux religions respectives des gendres. Cela peut faire rire un public français, mais un public allemand aura certainement du mal à rire de blagues de ce genre, à moins qu’elles ne soient habilement traduites. La société française, avec toutes ses disparités culturelles et religieuses dues au passé historique de la France est un concept bien particulier, ce qui doit faire l’objet d’une traduction méticuleuse pour ne pas heurter le public cible. C’est dans la traduction que se trouve tout le succès du film lorsqu’il est exporté.

 

Enfin, pour mon dernier exemple de traduction difficile, j’ai choisi les films d’Astérix.

Les noms de personnages et de villages dans le monde d’Astérix sont assez difficiles à traduire. La localisation a dû être, à plus d’un titre, très fastidieuse. Si dans l’ensemble, la traduction est probante, le choix de certains noms est à mon sens discutable.  Par exemple, le village de Petitbonum a du sens en français mais Kleinbonum en allemand n’a pas grand sens, tout comme le barde Assurancetourix qui s’appelle en allemand Troubadix (troubadour germanisé donc), ou encore l’architecte Numerobis qui n’a en fait pas vraiment de sens en allemand car on ne numérote pas les maisons avec bis et ter en Allemagne mais avec des lettres. La transposition de certains noms a été par contre très judicieuse et réussie je trouve pour le préfet Detritus, qui s’appelle en allemand Destructivus (le destructeur), le druide Panoramix (Miraculix – qui fait des miracles), le poissonnier Ordralphabetix (Verleihnix – qui ne prête rien), le chef du village Abraracourcix (Majestix – majesté), le vieillard Agecanonix (Maethusalix – qui rappelle Mathusalem). Certains noms ont été conservés car ils ne nécessitaient pas réellement de transformation comme par exemple Falballa ou car le nom serait le même en allemand, comme c’est le cas du village d’Aquarium.

 

Comme nous avons pu le voir, la tâche de localisation est loin d’être aisée pour le traducteur de scénarios.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de FNAE

Connexion